Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Devenir Gardienne de l’eau & Apprivoiser son Intelligence

L’eau est un formidable élément purificateur, capable de partager au premier contact ses qualités principales : la clarté, la transparence, la fluidité ou la force ! Notre corps est principalement constitué d’eau, qui représente environ 70% de notre masse corporelle. Son impact sur notre santé est donc considérable... L’intelligence de l’eau Entre autres, les…

Lire la suite

Corps et Espace

Par Maud Renard de La Onoria  Architecte de formation et accompagnante en mieux-être gynécologique, on me demande souvent comment ai-je fait le saut entre ces deux pratiques si différentes ? Et à chaque fois cette même réponse : « Je fais en réalité le même métier, je prends toujours soin du corps et l’espace ». En effet, pour moi…
permaculture et économie

L’économie permaculturelle : s’inspirer de la nature pour créer son entreprise

Comme pour beaucoup d’autres domaines (santé, alimentation) l'homme s’est coupé de la nature pour le développement de ses activités économiques. La recherche de stabilité, de régularité l’a amené à vouloir systématiser, contrôler et à prendre ses distances d’avec le spontané. Avec les dérives que l’on connaît. Aujourd’hui, ce divorce est questionné et les points de…

La vue : le sens le plus complexe de l’humain

Chaque instant, nous sommes bombardé(e)s d'images, de signes, de textes. Pourtant nous ne connaissons pas toujours les phénomènes qui permettent à ces informations visuelles de nous parvenir. Nous allons voir comment fonctionne la vue, le sens le plus perfectionné de l’être humain. Il est celui sur lequel nous comptons le plus pour décrypter le monde qui nous entoure, un monde de plus en plus complexe et riche en informations et sollicitations visuelles. Cette capacité sensorielle influe sur la vision que nous avons de nous-même. Elle est aussi, avec l'ouie, essentielle à notre communication. Je vous invite à réaliser les quelques exercices pratiques sur la vue et le champ de vision expliqués à la fin de l'article.  

Notre vision est binoculaire :

Tout d'abord, avant d'aborder comment fonctionne la vue, il faut savoir que nous avons la faculté de voir les objets parce qu'ils restituent une partie de la lumière qui les éclaire. Nos yeux fonctionnent comme des caméras qui délivrent une vision binoculaire en combinant deux images qui diffèrent légèrement. Cette caractéristique commune à tous les primates nous permet d’évaluer les distances et les profondeurs.

La cornée, l’iris et la pupille :

La lumière pénètre à travers une tunique transparente qu’on nomme la cornée. À l’intérieur de la cornée, se trouve l’iris dont les muscles permettent de réguler la quantité de lumière parvenant à l'œil, en contractant ou en dilatant au contraire le petit trou qu’est la pupille. Celle-ci joue le même rôle que l’objectif d’un appareil photo.. La lumière atteint ensuite le cristallin. L’iris est responsable de la couleur des yeux. Sa structure interne est propre à chaque individu comme le sont les empreintes digitales. Le cristallin s’amincit pour faire le point sur des objets lointains et s’épaissit pour faire le point sur des objets proches. Six groupes de muscles contrôlent la forme du cristallin. Ils œuvrent si efficacement qu’en une fraction de seconde l'œil peut passer d’un objet situé sur l’horizon à un objet situé à portée de main. Pourtant nous les voyons tous deux nettement. Mais avec l’âge, le cristallin perd de son élasticité, que nous pallions avec les lunettes de vue. La lumière qui traverse l’iris est dirigée sur la rétine, la tunique qui reçoit les impressions lumineuses au fond de l'œil. Elle est la plaque sensible de l'œil qui capte les images et les transmet au cerveau. Elle se compose d’un enchevêtrement de cellules appelées cônes et bâtonnets.

Les cônes et bâtonnets

Les 120 millions de bâtonnets présents dans chaque œil sont les plus sensibles à la lumière mais ne permettent pas de distinguer les couleurs. A l’inverse, nos 7 millions de cônes captent les couleurs de manière précise lorsque nous sommes en pleine lumière. A partir des informations centrales en couleur et des informations périphériques monochromes, notre cerveau recompose une seule image.

Vision périphérique et vision fovéale :

Dans la vision fovéale l’œil s’arrête sur un point fixe pour obtenir des détails à haute résolution. Elle nous permet d’obtenir une reconnaissance fine des objets, indépendamment de leur position spatiale. En comparaison, la vision périphérique livre des impressions globales et déformées du champ de vision total. Grâce à elle nous sommes capables de localiser rapidement un objet, de détecter les mouvements et de comprendre immédiatement une scène sans s’attarder sur ses détails. Lorsque nous conduisons, nous utilisons cette double vision : la fovéale pour voir en détail le tracé de la route, et la périphérique pour porter notre attention sur ce qui se passe autour (les piétons, les croisements…etc.).  
retrouver le pouvoir de notre odorat

L’odorat, retrouver la voie de notre cerveau émotionnel

L’odorat humain (ou olfaction) est le parent pauvre de nos sens. Jugé trop charnel et synonyme de tentation chez Saint Augustin il a été également déconsidéré par les philosophes. Notre civilisation s'est établie autour du langage, de la parole, de la lecture. Nous avons donc privilégié la vue et l'ouïe au détriment du goût, et surtout…
danse et sens - le goût

Le goût, à la croisée de tous nos sens

 Le goût est à la croisée de nos autres sens car il s'appuie sur une multitude de phénomènes. Avec l’odorat, dont il partage une certaine "complicité", il est de nature chimique. Le goût nous renseigne sur les saveurs, sur la composition et la qualité des aliments dans notre bouche grâce à des détecteurs gustatifs. Par…