Retour à soi

Aujourd’hui de plus en plus de monde a conscience que l’homme a un impact sur la nature, ce qui le rend responsable de l’avenir de la planète.


Nous pouvons apprendre l’un de l’autre, et il est grand temps à mon avis de le faire. Je propose une voie pour cela : ralentir, prendre le temps d’écouter chacune des saisons, de la découvrir dans son sens profond, et de réaliser que nous vivons, nous aussi, des étapes d’évolution.

Rythme & conscience

 

En apprenant à vivre au rythme de la nature, nous pouvons devenir plus conscient(e)s, plus acteurs-actrices du voyage, pour retrouver du sens, et mieux comprendre notre évolution.

Les leçons de la nature valent bien des livres de psychologie, dit Anne Ducrocq dans son ouvrage : “Nos saisons”.

Je suis assez préoccupée pour ma part par le réchauffement climatique. Et je pense qu’il est temps de “profiter” des saisons, de les vivre pleinement. Dans le massif de la Chartreuse, vers 1500 m d’altitude, chaque degré de réchauffement planétaire de plus, va continuer à entraîner un recul de la durée moyenne d’enneigement d’un mois supplémentaire.

Lu dans le journal le 1 : Ce qui est spectaculaire, c’est la perte des petits glaciers. Rien qu’en 2022, celui d’Ossoue, dans les Pyrénées ,a perdu 4,5 m d’épaisseur. À haute altitude, les glaciers qui étaient auparavant gelés en permanence se transforment du fait de la fonte en surface et de la circulation d’eau liquide.

Solastalgie 

Il existe un mot pour exprimer cette perte : la solastalgie, un néologisme inventé par le philosophe australien, Glenn Albrecht. La solastalgie caractérise la souffrance psychique face à la perte de paysages ou d’un écosystème qu’on a connu et qu’on ne retrouvera jamais. C’est la nostalgie d’un environnement disparu, pour un glacier qui fond, une forêt qui brûle, un littoral qui s’érode. La montée de la mer, qui résulte de la fonte des glaciers et du réchauffement de l’océan, depuis 1950, est inédite sur plus de deux mille ans.

Il est temps de prendre soin des saisons, et aujourd’hui de se préparer à l’arrivée de l’hiver. De plus en plus de personnes reviennent à ce retour dans leur tanière, pour ralentir, en hivernant. J’ai d’ailleurs donné un atelier en novembre sur cette thématique, et t’invite à acheter le replay dans ma boutique si ça t’intéresse.

Une vie, du sens

De plus en plus de personnes (qui ont la trentaine) refusent de travailler tout le temps, pour avoir une vie qui a du sens, en s’occupant de leur famille, leurs enfants, en prenant le temps avec leurs amis, leurs animaux, leur maison, leurs loisirs. Et c’est tant mieux ! 

 

Moi aussi, j’ai choisi cette année de faire une pause en décembre et janvier, de lever le pied pour faire le point, ranger, trier, prendre du temps pour moi, en famille, en couple. J’en ressentais le besoin, mais ne m’y autorisais pas jusque-là.

L’hiver nous invite à se mettre en recel (terme de médecine chinoise), c’est-à-dire à se dissimuler, sous la couette, chez soi, en soi. C’est un temps d’introspection, de mise en sommeil, de retour à soi.

Et toi, tu arrives à le faire ? Comment comptes-tu t’y prendre sinon ? Sais-tu trouver un équilibre entre action et repos pour ton système nerveux ? Que fais-tu ?

Les voeux

Je te souhaite de traverser ce nouvel hiver en douceur, tu peux si tu le souhaites être accompagné. Je t’invite à te procurer mon coffret “hiver” dans ma boutique pour t’aider à trouver les bons exercices corporels, ou spirituels ou énergétiques dans les trois vidéos consacrées à ça.

Je te souhaite d’avance un joyeux noël, et peut-être te rencontrerai-je lors de notre séjour du nouvel an qui a lieu du 29 décembre au soir au 1er janvier chez nous dans le Vercors ? Et sinon rv en février pour ma formation sur “un corps à soi” qui se déroule du 1er au 4 février.

Bonne traversée à toi ! 

Lis le mythe d’Inanna si tu ne le connais pas encore…

2 réponses

  1. Chère Patricia,
    Merci pour ce rappel de l’importance de calquer notre énergie sur la saison et souvent le corps est là pour nous rappeler ce que nous savons mais que nous ne nous autorisons pas…. Je suis heureuse d’apprendre que ton opération s’est bien passée et qu’elle est riche d’enseignements pour toi et j’envoie une brassée de belle et douce énergie lumineuse à ton rein. Je suis aussi en pleine hibernation, savourant ce temps de silence, de repli au coin du feu, ce “temps de rien”de juste se déposer dans le souffle du moment présent. Bernard mon compagnon et moi avons adoré le stage Imago qui nous a beaucoup apaisés et nourris à tel point que nous continuons avec une thérapeute Imago qui par chance habite pas trop loin de chez nous. Je continue mes roulades sur le sol et sens bien combien ma “chair” a été transformée par cette approche “organique”. By the way, je t’annonce que j’ai bien été remboursée d’un montant de 2.310 euros , joli cadeau de Noël.
    Je te souhaite un joyeux Noël , une douce fin d’année et le meilleur pour cette nouvelle année à la juste mesure de tes rêves et de tes besoins.. Namaste !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Autres ressources
Recevoir la newsletter

Les articles récents

On aimerait tous vivre le rapport entre l’âme et le corps comme une union heureuse, une harmonie musicale, une amitié profonde. Malheureusement, peu d'entre nous y parviennent. Heureusement de nombreuses pratiques ont vu le jour afin de répondre aux besoins inassouvis en termes de relation à son corps pour ne plus être en guerre avec lui, ne plus le considérer comme une bête noire.

On aimerait tous vivre le rapport entre l’âme et le corps comme une union heureuse, une harmonie musicale, une amitié profonde. Malheureusement, peu d'entre nous y parviennent. Heureusement de nombreuses pratiques ont vu le jour afin de répondre aux besoins inassouvis en termes de relation à son corps pour ne plus être en guerre avec lui, ne plus le considérer comme une bête noire.

On aimerait tous vivre le rapport entre l’âme et le corps comme une union heureuse, une harmonie musicale, une amitié profonde. Malheureusement, peu d'entre nous y parviennent. Heureusement de nombreuses pratiques ont vu le jour afin de répondre aux besoins inassouvis en termes de relation à son corps pour ne plus être en guerre avec lui, ne plus le considérer comme une bête noire.