Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Se centrer : ouvrir l’espace à l’intuition et l’énergie

Dans notre quotidien dense en informations, en injonctions à la productivité, en sollicitations extérieures multiples, il est primordial d’apprendre à se centrer. La centration, c’est l’idée de faire de l’espace en soi pour revenir à l’intérieur. Ne pas étouffer l’intuition. C’est aussi réussir à préserver son énergie, pour ne pas s’épuiser et se perdre en chemin.

Se centrer pour créer de l’espace en soi, pour l’intuition

L’intuition peut prendre des formes multiples selon les individus. Nous pouvons entendre des sons, voir des mots s’imprimer dans notre champ de vision, sentir un frémissement à l’intérieur de soi, avoir comme une sensation de “déjà-vu”…

Mais s’il est une chose immuable, c’est que l’intuition a besoin qu’on lui laisse de l’espace pour pouvoir s’exprimer. De l’espace dans le corps, dans le cœur, et dans le mental. Pour cela, nous devons nous abstraire de la cacophonie ambiante, chaque jour, pour revenir à l’intérieur.

Se centrer, c’est un exercice méditatif pour prendre soin de soi. Cela ne peut durer que cinq minutes par jour, pour commencer. Prendre un instant de silence, méditer pour créer de l’espace en soi. Lorsque nous sommes prises par les préoccupations et les conditionnements, par l’égo… Notre voix intérieure devient inaudible, écrasée par le reste.

L’invitation au silence intérieur permet de vider la chapelle de notre ventre, pour que résonne à nouveau la voix qui chante et se déploie jusqu’aux parois. Nous retrouvons ainsi ce doux ronronnement interne, cette sensation que cela vibre en dedans.

Se centrer pour sauvegarder son énergie et ne pas s’éparpiller

Quand nous manquons de centrage, nous avons tendance à nous éparpiller. Notre énergie vitale va donner d’elle-même dans toutes les directions, sans jamais revenir se recentrer à l’intérieur.

Si l’intuition ne résonne plus à l’intérieur de soi, nous ne savons plus quels projets privilégier et dans lesquels nous pouvons nous investir. Alors, nous nous éparpillons. Nous nous lançons de tous les côtés, sans jamais réussir à aboutir à quelque chose.

Immanquablement, notre énergie va s’épuiser. À trop donner sans se préserver ni apprendre à recevoir ou à se régénérer, elle va s’amenuiser. Concrètement, nous allons nous sentir fatiguées quotidiennement, dans l’impossibilité de reprendre du poil de la bête. Même dormir douze heures par nuit ne comblera pas ce manque.

Une sensation de frustration et de vide va s’installer. Une baisse de confiance et d’estime de soi se fera sentir. C’est un cercle vicieux dont nous devons inverser le sens. Pour cela, nous devons réinstaller notre corps au centre du cercle.

Le centre du feu intérieur : Svadhisthana, le chakra sacré

Notre centre est le siège de notre énergie vitale, de notre élan créateur. Dans notre corps, il a une place bien précise : au niveau du ventre, environ deux centimètres au-dessous du nombril. C’est ici que se déploie notre deuxième centre énergétique, Svadhisthana, notre chakra sacré.

Tout part de là. Le brasier de notre feu intérieur démarre ici, puis il embrase tous les chakras qu’il rencontre à mesure qu’il grandit. Imaginons les flammes qui montent jusqu’à nos côtés, notre coeur, notre gorge… etc. Énergétiquement, c’est exactement ce qui se passe.

Notre corps est harmonieusement construit autour de ce centre. Les jambes en dessous, le buste au-dessus et les bras autour. Nous pouvons penser aux branches d’une étoile, toutes en lien les unes avec les autres grâce à ce milieu, duquel se dégage la lumière et la chaleur qui se diffusent.

La première étape est de prendre conscience de sa place dans notre corps, au niveau de notre bas-ventre. Le centre de notre corps. Pourquoi ne pas poser les mains dessus, et sentir ce qui se passe ? Voici trois méditations pour entrer en relation avec Svadhisthana, et apprendre à se centrer.

Se centrer : le chakra sacré

Méditation : Yoni Mudra et respiration

Il existe une Mudra (position symbolique des mains exprimant une énergie), particulièrement utile aux femmes, qui permet de se reconnecter efficacement au centre de son énergie vitale : Yoni Mudra.

Il s’agit de poser les mains à plat sur le ventre, puis de joindre les pouces et les index. Les pouces sont déposés sous le nombril et les index sont pointés vers le sexe. Cela crée un espace entre les deux mains, au-dessous duquel se trouve notre utérus.

Notre utérus est l’origine de la vie. Il contient à l’intérieur de lui l’élan créateur, la magie qui permet d’animer les cellules et de leur insuffler le mouvement à l’origine de tout. À l’heure actuelle, la science n’a toujours pas établi comment la première cellule au monde s’est mise à se mouvoir et à devenir vivante. Cela reste un mystère et nous portons directement ce mystère dans le ventre.

Les mains dans cette position, prenons cinq minutes pour prendre conscience de cela. Puis commençons à respirer plus profondément. À chaque inspiration, imaginons que l’appel d’air nourrit le feu dans le ventre et le fait grandir. Une inspiration après l’autre, il monte le long du buste jusqu’à la tête.
À chaque expiration, imaginons que notre souffle échauffe les braises et qu’ainsi, la chaleur descend du ventre jusqu’au bas des pieds.

Nous pouvons ainsi former une boucle énergétique : le feu monte jusqu’à la tête, glisse dans les bras et les mains. Il retourne dans le ventre pour ensuite se déployer dans les jambes jusqu’aux pieds.

Méditation active : les 6 extrémités

Les méditations actives sont des formes de méditations par le mouvement. En répétant les mêmes gestes continuellement, notre esprit fait le vide et se centrer à nouveau.

Nous nous installons les deux pieds enracinés au sol, assise ou debout. Puis nous glissons les mains sous les fesses pour sentir nos ischions (les os pointus qui écrasent les mains).
Laissons tomber nos deux pointes des omoplates comme une cravate vers la gravité, le sommet de la tête en lien avec le ciel. La colonne est érigée entre ces deux points : les ischions sur la chaise et le sommet du crâne vers le ciel. Et tout l’espace entre.

En respirant, nous allons porter notre attention sur notre centre pour le relier à toutes nos extrémités : les deux bras, les deux jambes, le coccyx et la tête. Pour chacune, nous allons tracer le lien depuis le centre.

Avec la main, en partant du centre, nous allons faire glisser la paume sur notre corps jusqu’à arriver au bout d’une des extrémités. Lentement, en conscience. Nous allons répéter cela pour chacune dans l’ordre donné, et répéter cette danse en soi, sur soi, plusieurs fois.

Petit à petit, nous allons ressentir cette énergie qui circule et l’espace que nous créons en nous, simplement en apportant notre attention. C’est une pratique à adopter au quotidien, dès le levé ou avant de se coucher. Dès que le besoin de revenir au centre se fait sentir. Et vous, vous sentez-vous centrée, pleine d’énergie ? Ou au contraire êtes-vous fatiguée et dispersée ?

Commentez

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Donec leo. id, ipsum libero. venenatis, commodo leo