Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Le liquide transitionnel : comment le ressentir et le comprendre

Nous savons que notre corps est essentiellement composé d’eau, et que cette eau prend plusieurs formes pour façonner les différents liquides du corps. En Body-Mind Centering®, nous estimons qu’il en existe neuf. Neuf liquides que nous apprenons à ressentir et à fluidifier pour une meilleure harmonie du mouvement et du lien corps/esprit.

Les 9 liquides de notre corps

Au cœur de la pratique du BMC se place la cellule et la conscience que nous avons de celle-ci. Notre corps est composé de milliards de cellules en interconnexion les unes avec les autres. Ce sont les liquides du corps qui permettent à ces cellules de vivre et de créer un tout.

Nous distinguons alors nos liquides en deux groupes distincts : les liquides qui se trouvent à l’intérieur de la cellule, et ceux qui se trouvent à l’extérieur. En réalité, il existe un seul liquide intracellulaire, qu’on appelle également le cytoplasme. C’est le liquide contenu au centre de nos cellules.

Les liquides extracellulaires comprennent tous les autres liquides de notre organisme, parmi lesquels nous retrouvons le sang (veineux et artériel), la lymphe, le liquide céphalo-rachidien, la synovie, la graisse et le liquide interstitiel.

À la découverte du liquide transitionnel

Le liquide transitionnel vient compléter la liste des neuf liquides du corps. Il est rare que nous lui prêtions attention, nous avons tendance à l’oublier, voire à ne pas le connaître. Pourtant, il est essentiel. Grâce à lui, les différents éléments peuvent entrer et sortir de nos cellules. Sans lui, nos cellules ne peuvent ni se nourrir, ni se purifier de leurs déchets.

Le rôle du liquide transitionnel est donc de faire le lien entre l’eau à l’intérieur de la cellule et les liquides extracellulaires. Comme son nom l’indique, il permet la transition. Le passage.

Ces échanges du monde externe vers le monde interne – et vice et versa – forment la respiration fluide de nos cellules. On l’appelle la respiration cellulaire. Cette respiration a lieu au sein de chaque tissu corporel : nos os, nos organes, nos muscles, etc.

Nous pouvons envisager le liquide transitionnel tel des milliers de poumons microscopiques en nous. Lorsque nous parvenons à le conscientiser et à déposer notre attention sur son action, nous pouvons ressentir ces micro-vagues, ces milliers de va-et-vient qui font de nous des océans ambulants.

Les liquides du corps

Le rôle du liquide transitionnel

Nos cellules sont composées d’une double membrane qui protège leur noyau, ainsi que les protéines et nutriments dont elles ont besoin pour se nourrir. Mais encore faut-il que cette nourriture puisse les atteindre et les pénétrer. Notre liquide transitionnel se situe spécifiquement entre les deux membranes de chaque cellule, dont il est le sas.

La membrane externe, en contact avec les différents liquides extracellulaires, est une membrane poreuse. Ainsi, la nourriture apportée par le liquide interstitiel et les artères jusqu’aux portes de la cellule est prise en charge par notre liquide transitionnel, qui la fera glisser jusqu’à la deuxième membrane.

Notre liquide transitionnel permet également à nos cellules d’évacuer les déchets qu’elles produisent. Il transporte ce trop-plein de l’intérieur vers l’extérieur, et confie au sang veineux les petites poubelles ménagères, et à la lymphe les gros encombrants.

Il est important de comprendre que le rôle commun à tous nos liquides est de transporter. L’eau transporte de nombreuses informations, physiques et énergétiques. Au sein de notre corps, son rôle est exactement le même. Voilà pourquoi il est important d’en prendre soin. Car que se passe-t-il quand les transports fonctionnent au ralenti … ?

Une pratique pour prendre conscience de notre liquide transitionnel

Allongeons-nous sur le sol, dans une posture dans laquelle nous sommes confortable. Sur le dos, sur le côté, assise… Peu importe. Prenons le temps d’atterrir, et de ressentir toutes les parties de notre corps qui sont en contact avec le sol.

En relation avec la terre, revenons à l’intérieur. Explorons : “Comment je me sens ? Comment je suis ? Qu’est-ce que je ressens ?” Nous sommes présentes à nos sensations, à notre état interne, émotionnel et physique. Nous observons sans juger. Et nous respirons.

Lentement, dans la lenteur la plus absolue, nous allons prendre le temps de changer de posture. Nous prenons le temps de sentir le temps infini que cela prend en interne. À l’écoute, nous pouvons imaginer que le démarrage de notre mouvement – le micro mouvement que demande l’intention de changer de posture – démarre du liquide  transitionnel qui nous permet de passer d’une posture à une autre. Imaginons que nos liquides se déversent et se déplacent dans ce changement, comme lorsque nous faisons rouler une bouteille à moitié remplie.

Une fois la nouvelle posture trouvée, restons quelques instants immobile à nouveau. Respirons. Nos liquides retrouvent le calme et l’équilibre, comme après le passage d’un bateau sur l’eau. Nous nous déposons vers la gravité.

Puis nous recommençons, autant de fois que nécessaire, à changer de posture avec lenteur. Nous pratiquons pour affiner de plus en plus notre perception de l’eau dans notre corps. Le liquide transitionnel parle de transition. Entre deux postures, nous sommes en transition. Que ressentons-nous ? Que se passe-t-il ? …

Je vous invite à partager en commentaire vos sensations, vos découvertes. Ceci est une approche du liquide transitionnel, il en reste 8 à appréhender… Nous les découvrirons tous au cours du stage sur les liquides du corps, du 26 au 30 juillet 2021, au cœur du Vercors.

Commentez

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.