Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

L’éveil des sens vers l’élan créateur

Alors que nous sommes souvent sur-sollicitées par notre environnement quotidien, nous avons pourtant des difficultés à entrer dans l’éveil des sens. Un éveil conscient dans lequel notre élan créateur renouvelé peut venir se nourrir.
Oui, les sens donnent matière à notre élan créateur. Sans éveil des sens, il n’y a pas de créativité.

Se centrer pour mieux ressentir

Pour être pleinement présente à nos sensations, nous devons être centrée. C’est en partant du centre que nous pouvons accéder à une conscience aiguë de nos sens. Que nous pouvons nous émerveiller du panel d’émotions qu’ils nous apportent plutôt que d’en subir les assauts.

Nous l’avons déjà évoqué, il est important de prendre le temps de ralentir, de revenir à l’intérieur, de s’octroyer des plages de silence. Des moments, dans la journée, où tous nos sens sont au repos.

Cette intériorité va nous permettre de choisir les moments où nous souhaitons être poreuse à notre environnement extérieur. Nous choisissons, nous ne subissons plus. Grâce à cette maîtrise, nous redécouvrons les plaisirs de la connexion au monde à travers l’éveil des sens.

Les sens, capteurs d’information à apprivoiser

Nos sens sont de grands capteurs d’information. Certains ont la possibilité de fermer la porte aux sollicitations – le goût, la vue – quand pour les autres, la porte est ouverte 24h/24. Cela signifie que nous captons des informations, quelles qu’elles soient, à chaque seconde de notre vie. Même lorsque nous dormons.

Les sens constituent notre relation directe avec l’extérieur. Ce sont les antennes qui se baladent hors de soi et qui apportent les informations en dedans de soi. Ces informations brutes, une fois arrivées dans notre corps, prennent la forme de sensations, d’émotions voire de sentiments.

Nous sommes souvent déconnectées de nos sens. Nous les expérimentons inconsciemment, sans vraiment nous en soucier. Il arrive qu’ils nous envahissent, que cela soit trop – environ 15% de la population est hypersensible – et que nous les restreignions pour vivre plus sereinement.

Mais pour retrouver l’élan créateur, il est nécessaire de reprendre conscience de nos sens. Créer cette relation intérieur-extérieur, s’ouvrir à tout ce qui nous entoure. Renouer avec l’émerveillement par le corps.

Avoir conscience des différents sens et sensations

Pour cela, nous pouvons entrer dans une exploration sensorielle, un éveil des sens conscient. Installons nous au calme, debout, assise sur une chaise ou couchée.

La vue :

La vue est notre sens privilégié. Nous lui attachons énormément d’importance et choisir de l’éteindre, en fermant les yeux, peut être angoissant pour certaines personnes.

Nous allons déposer un voile sur notre regard. Le laisser devenir hagard, flou, ne plus rien fixer précisément. Comme lorsqu’on cherche à avoir une vue d’ensemble, panoramique. Nous détendons nos yeux ouverts et accueillons ce qui se passe.

Est-ce agréable ? Qu’est-ce que je capte encore avec cette vue floue ?

L’ouïe :

Fermons les yeux – pour toute la suite de l’exercice – afin de revenir à l’intérieur. Nous allons écouter, avec nos oreilles grandes ouvertes, les sons extérieurs et intérieurs. Il s’agit de faire un inventaire de ces sons.

Quel impact ont-ils à l’intérieur ? À quel endroit du corps cela résonne, vibre ?

L’odorat :

Les odeurs arrivent sur le bout du nez et passent par trois cornets nasaux, dans lesquels les cils filtrent les impuretés de l’air, et les cellules olfactives s’activent. Ces cils nous donnent des sensations, et ces cellules nous transmettent les odeurs. Prenons cinq minutes, les yeux fermés, pour ressentir cela.

Les parfums nous rappellent des mémoires. Elles réveillent une Mémoire inscrite dans nos tissus, nos cellules, et ravivent des moments hors du temps. En une fraction de seconde, nous sommes ramenées à l’enfance, avec les émotions qui y sont liées.

Le goût :

Sous notre nez s’érige la bouche. Elle est la porte des saveurs qui nous parviennent grâce à la langue. La langue est composée de différentes zones qui correspondent aux différents goûts : salé, sucré, amerture, acidité…etc.

Les yeux fermés, sentons notre langue, détendue dans la bouche. Et déssérons les mâchoires, les articulations mandibulaires qui sont souvent contractées. Ressentons alors le goût qui subsiste dans notre bouche maintenant, puis rappelons-nous le goût de notre dernier repas. De notre dessert préféré. En général la salive s’active à ce moment-là.

Le toucher :

Le toucher est le sens le plus sollicité : notre peau est un immense organe qui nous enveloppe, sans cesse en contact avec quelque chose.

Ressentons d’abord les sensations de nos pieds sur le sol, de la terre qui nous porte. Concentrons-nous ensuite sur les vêtements qui s’appuient et glissent sur la peau. Puis sur le contact de l’air.

La peau reçoit aussi des vibrations. L’impact des sons sur les couches de la peau va réveiller certains de nos corpuscules. Notre peau est dotée de nombreux corpuscules différents. Grâce à eux, nous ressentons l’ombre, la lumière, la chaleur, le froid, la pression…etc.

Le sens du toucher

Les sensations : la matière de notre élan créateur

Nos sens vont nous mettre en relation avec l’extérieur et imprimer des sensations, des émotions, des sentiments à l’intérieur. Une fois cette manière récoltée, nous allons ensuite l’exprimer.

Il est important de comprendre que sans l’action de nos sens, nous ne pouvons pas être créative. Si nous ne sentons rien, c’est le vide. Nos sens sont les premiers ouvriers de notre élan créateur. Ils vont nous permettre de récolter une foule d’informations que notre cerveau mettra ensuite en relation pour faire émerger l’idée.

Si notre élan créateur puise sa source dans notre ventre, centre de l’énergie vitale, il a aussi besoin d’être nourri. L’éveil des sens est essentiel à notre santé holistique. Après quoi, nous retranscrivons ce qui en est sorti à notre façon : par la danse, le chant, le dessin, l’écriture, la cuisine…

L’éveil des sens avec la danse en nature

Danser en plein air, c’est apprendre à voir la Terre autrement. C’est changer sa vision et son rapport au monde. Il suffit de s’installer, choisir son lieu en extérieur. Fermer les yeux et ouvrir chacun de nos sens, comme nous venons de l’expliquer précédemment.

La nature est source de créativité. Si nous apprenons à l’observer, si nous prenons le temps de s’en imprégner, des gestes simples apparaissent en harmonie avec notre environnement. Ces éléments véhiculent de l’énergie et participent à l’équilibre de notre univers.

Être créative nécessite un état d’esprit ouvert et sensible à la fois incliné vers soi-même – à l’écoute de nos propres élans – et tourné vers ceux qui nous entourent : les arbres, les insectes ou les fleurs… Où vous situez-vous dans cet équilibre intérieur/extérieur ? Vos sens sont-ils éveillés, en conscience ?

2 Comments

  • Mireille
    Publié 22 mai 2021 à 2 h 58 min

    C’est insensé d’avoir des sens qui sont sensés nous ouvrir au sens de la réalité et de les utiliser machinalement sans y penser! Les observer peut en effet être une porte pour vivre en pleine conscience: encore du boulot à faire pour me retrouver!… Merci pour cet autre cadeau 🎁

    • Articles de l'auteur
      DanseetSens
      Publié 26 mai 2021 à 8 h 14 min

      C’est avec beaucoup de plaisir, Mireille !

      Et les sens sont le meilleur moyen d’en ressentir, du plaisir… !
      La pleine conscience nous permet de toucher du doigt notre être profond et l’invisible autour de nous.
      C’est une exploration délicieuse et sans fin.

Commentez

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.