Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Le Body-Mind Centering : aller vers une connaissance intime de soi par le corps

Pouvons-nous imaginer que notre corps est doté de sa propre conscience, et que celle-ci est en lien direct avec notre esprit ? Si nous avons perdu cette connaissance de notre corps, nous pouvons apprendre à renouer le contact, notamment grâce à la pratique du Body-Mind Centering®.

Qu’est-ce que le Body-Mind Centering® ?

Fruit des recherches de Bonnie Brainbridge Cohen – chercheuse et analyste du mouvement – la première école de Body-Mind Centering® a vu le jour en 1973. Depuis, cette approche innovante de la santé holistique a parcouru le monde.

Le Body-Mind Centering® est une méthode somatique recherchant une amélioration ou une formation de soi, passant par la conscience corporelle. En cela, il se rapproche étroitement des pratiques comme le yoga, la méditation, le tai-chi chuan et le mouvement régénérateur.

Son apprentissage s’effectue principalement par une expérimentation personnelle de nos propres systèmes corporels, et de notre expérience intime de rencontre avec les différents tissus et cellules dont est composé notre corps.

Voyager dans notre corps physique, c’est possible

Le Body-Mind Centering®, c’est aussi une approche scientifique objective, et un voyage empirique : celle du corps vécu du dedans. Sa pratique nous amène à expérimenter la structure, la fonction et l’esprit de nos systèmes corporels.

C’est une exploration et un enseignement du mouvement basé sur des principes anatomiques, physiologiques, psychologiques et de développement. Nous dirigeons toute notre attention vers une région spécifique de notre corps et nous ressentons. Nous devenons ainsi attentives à notre façon d’entrer en mouvement selon ce ressenti particulier.

L’explorateur ? C’est l’esprit, composé de nos pensées, de nos sentiments, de notre énergie et de notre essence. Au cours de ce voyage, nous sommes amenées à comprendre comment notre esprit s’exprime à travers notre corps en mouvement.

Aller vers une réappropriation du corps et de soi

Lorsque nous faisons face à des blocages corporels, Bonnie Brainbridge Cohen dit qu’il s’agit en réalité de “l’esprit qui s’observe”. En effet, notre corps bouge comme bouge notre esprit. Les qualités de notre mouvement attestent de la manière dont nous nous exprimons à travers notre corps, à un instant T.

Il arrive régulièrement qu’un blocage soit un message de notre inconscient, concernant ce qui nous travaille à l’intérieur mais que nous ne parvenons pas à exprimer. Notre psyché va alors trouver un autre chemin pour faire passer son avertissement : celui du corps.

Travailler sur le lien corps/esprit nous permet ainsi de nous réapproprier notre corps et nos systèmes. Cela nous permet de devenir consciente de ce qui est à améliorer globalement dans notre existence pour atteindre le centrage et l’équilibre.

La pratique du BMC ouvre un champ très large à la recherche pour toutes les personnes qui s’intéressent à une appréhension holistique du corps humain.

Notre corps détient sa propre conscience

Chaque partie de notre corps possède un état d’esprit et une qualité qui lui est propre, même à l’échelle de la cellule. Cela signifie que chaque cellule a une conscience propre : elle sait ce qu’elle est et ce qu’elle a à faire dans son existence.

Si cette cellule fait partie d’un organe, elle est gouvernée par la conscience de l’organe qui connaît lui-aussi son rôle. L’organe est également commandé par le système corporel dont il fait partie et qui a sa propre conscience. N’est-ce pas fascinant et merveilleux ?

La conscience est présente dans notre corps tout entier. Cette connaissance nous amène à une expérience du corps très intime, presque microscopique. Car chaque micro-partie de notre corps est intelligente, capable de percevoir et d’agir. Nous n’avons qu’à apprendre à ressentir.

Conscience corporelle

De l’importance de développer notre perception de l’esprit corporel

Le Body-Mind Centering® donne la place à une perception spontanée et ouverte de notre esprit corporel. Cela nous ouvre la voie à de nouvelles évolutions personnelles et à une certaine possibilité de transformation de soi.

Nous pouvons ainsi être amenées à élever notre conscience afin de mieux aborder le monde, quel que soit notre âge. Car si nous entrons en lien avec notre esprit corporel, nous entrerons également en lien direct avec notre intuition et notre nature instinctuelle.

Cette présence à soi, cette expérience perpétuelle du centrage, nous permet de recevoir les messages du monde invisible de façon fluide, tout en ayant accès à notre feu sacré et à notre énergie vitale. Notre élan créateur n’en sera que renforcé.

Progresser dans l’expérience de soi-même

L’idée est d’accorder la priorité à l’expérience de soi, en adoptant une perspective phénoménologique. La phénoménologie, c’est l’étude de phénomènes dont la structure se fonde sur l’analyse directe de l’expérience vécue par un sujet.

Nous cherchons alors le sens de nos expériences à travers nos propres yeux. Nous observons ce que nous vivons directement et subjectivement, ainsi que les effets que ce vécu personnel engendre en soi et pour soi.

L’approche du BMC passe par la connaissance anatomique et physiologique traditionnelle, mêlée aux sensations physiques et émotionnelles concrètes. Le conceptuel et le vécu sont indissociables. C’est ainsi que l’observation glisse ensuite vers l’incorporation.

L’analyse du corps, du mouvement et sa rééducation

L’axe de travail du Body-Mind Centering® est celui de l’apprentissage et non celui de thérapie. L’accent est mis sur les ressources et les possibilités que nous avons en nous, et non sur le pathologique et le correctif.

Lorsque nous sommes nourrisson, bébé puis enfant, nous apprenons à effectuer tous les mouvements dont nous aurons besoin par la suite. Il arrive régulièrement que nous sautions certaines étapes et que, de ce fait, nous ayons des difficultés à produire une certaine suite de mouvements. Nous appelons cela des schèmes.

Cela nous handicape au quotidien, mais notre corps trouve toujours une façon de compenser. Ce peut être, par exemple, un enfant qui n’est jamais passé par le stade du quatre pattes. Cet oubli est rattrapable. Nous pouvons l’apprendre à tous les stades de la vie, et nous rééduquer.

Il y a dans la nature quelque chose qui compose des tracés. Nous faisons partie de la nature, et nous composons aussi des tracés. Notre esprit est comme le vent, et notre corps comme le sable… Si nous voulons savoir comment souffle le vent, nous pouvons regarder les traces dans le sable. Et vous, à quoi ressemblent vos traces dans le sable ?

Commentez

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.