Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

La confiance en soi pour une meilleure gestion du stress

Nous éprouvons toutes des situations de stress et d’anxiété au cours de notre existence. Pour certaines, il s’agira de simples passages épisodiques, causés par une situation inhabituelle. Pour d’autres, c’est une constante, le stress est présent au quotidien. Qu’importe dans quelle “case” nous nous trouvons. Ce stress est révélateur d’une chose : à l’instant T où nous le ressentons, nous n’avons pas confiance…

Être anxieuse, c’est manquer de confiance en soi et en la vie

Qu’est-ce qui génère du stress et de l’anxiété ? Qu’est-ce qui fait que nous envisageons toujours des scénarios négatifs ? Le manque de confiance. Si nous avions confiance en nous-même, nous pourrions nous exprimer en public sans stress, par exemple. Si nous avions confiance en la Vie, nous ne serions pas soumises à l’anxiété d’imaginer le pire.

Lorsque nous avons confiance en nous-même ET en la vie, nous sommes capables de faire face à chaque situation. Nous savons que nous avons les capacités et la force nécessaires. Nous savons que les chances que le pire se réalise sont minces. Dans 90% des cas, les choses se passent bien. Nous sommes libres et dans l’aisance.

Bien sûr, nous évoquons ici les situations du quotidien, celles sur lesquelles nous avons prise. Il est tout à fait normal de ressentir du stress et de l’anxiété face à une situation exceptionnelle. Cependant, avoir confiance permet de surmonter plus facilement les grandes difficultés telles que le décès de nos proches.

Confiance en soi et estime de soi

Pour avoir confiance en soi, il est nécessaire d’avoir de l’estime pour soi. L’estime de soi, c’est avoir une bonne image de soi-même, et travailler à la changer si nécessaire. Les personnes qui souffrent d’une estime d’elles-mêmes défaillante ont du mal à bouger, car elles pensent intimement qu’elles ne sont pas capables de plus.

Nous pouvons apprendre à restaurer notre estime de soi. Il s’agit de commencer à se regarder, à poser un regard neuf sur ce que nous accomplissons déjà au quotidien. Considérons avec davantage de bienveillance nos actions de tous les jours. Qu’ai-je réussi à faire aujourd’hui ? Pourquoi puis-je en tirer de la fierté, et de la reconnaissance pour moi-même ?

D’autres freins peuvent nous empêcher d’y parvenir. La fatigue et le manque d’énergie, le fait de se sentir fragile peuvent être les symptômes d’une dépression. Pourquoi ne pas commencer par demander de l’aide ? C’est un premier pas de géant – que souvent nous repoussons ! – pour lequel nous pourrons avoir une profonde gratitude envers nous-même par la suite.

Connaissance de soi : quelles sont les situations qui nous stressent ?

Les situations qui nous apportent du stress nous révèlent que nous ne nous sentons pas en sécurité. Il s’agit alors d‘être attentive aux signaux révélateurs de ce stress. Les maux de ventre, l’irritabilité, les migraines et autres troubles du sommeil sont autant de symptômes précurseurs d’une anxiété généralisée.

Il est également intéressant de se demander quels sont les schémas de pensée qui nous causent du stress. Il arrive souvent que nous soyons tranquille, que tout aille bien et que l’inquiétude soit générée par nos pensées qui virevoltent.

Le fait de décoder ce qui provoque de la tension en soi va nous permettre d’élaborer des stratégies pour contrer ces cercles vicieux. Ainsi, dès qu’une pensée stressante surgit, nous pouvons la laisser s’envoler au loin, comme une bulle de savon. Mettre le corps en mouvement est une excellente stratégie qui porte ses fruits.

Devenir sa propre priorité pour développer la confiance en soi

S’aimer “soi-m’aime”, ce n’est pas faire preuve de narcissisme ni d’égocentrisme. C’est prendre soin de soi et se donner les moyens de réaliser ses rêves et ses désirs spécifiques, en lien avec nos valeurs hautes.

Pour cela, il faut cesser de donner toute notre énergie et notre élan créatif aux autres. Dans un premier temps, apprenons à en sauvegarder une partie dédiée à nous-même. Si nous n’avons pas d’énergie pour nos propres projets, nous ne pouvons rien accomplir de ce qui nous tient à cœur.

Cela engendre nécessairement une chute de l’estime et de la confiance en soi. “Je ne parviens jamais à atteindre les objectifs que je me fixe !” Comment peut-il en être autrement si nous faisons passer les besoins des autres en priorité ? Arrêtons également de nous comparer en permanence et de nous mettre la pression. L’autre n’est pas meilleur, et c’est parce que nous le pensons que nous mettons notre énergie à son service plutôt qu’au nôtre…

Confiance en soi et stress

Être bien entourée pour se valoriser et prendre confiance

Le cercle social que nous avons construit autour de nous détient une importance et un pouvoir capital dans la quête vers la confiance en soi. En effet, nous sommes la moyenne des six personnes avec lesquelles nous passons notre temps. Quelles sont ces personnes ?

Ont-elles confiance en elles, se donnent-elles de l’amour ? La façon dont elles envisagent la vie et la mènent correspond-elle à nos aspirations ? Il est essentiel de cultiver un environnement de personnes qui nous tirent vers le haut, nous soutiennent et nous stimulent.

Si la réponse est négative, demandons-nous pourquoi nous restons auprès d’elles. Il est possible que nous souhaitions les aider, mais cela ne fonctionnera que si elles souhaitent être aidées. Ne nous épuisons pas dans des relations toxiques ou à sens unique. Notre bien-être en dépend !

Calmer le stress par le mouvement du corps

Nous avons tendance, malheureusement, à négliger le système nerveux parasympathique. Notre corps a deux modes de fonctionnement complémentaires : le mode “action”, et le mode “récupération”. Ce dernier offre au corps et à l’esprit, le repos dont nous avons besoin pour nous régénérer.

Dans une situation de peur ou de traumatisme, le simple fait de ralentir notre respiration transmet au reste du corps le signal que la phase d’alarme est terminée. Offrir au corps de l’espace pour se mouvoir en toute tranquillité lui permet de se détendre, de décharger les émotions.

Le mot “émotion” signifie énergie en mouvement. Ces énergies, notre corps les stocke si nous ne les exprimons pas. Vingt minutes de marche quotidiennes suffisent pour réduire la tension artérielle et la fréquence cardiaque, ainsi que le taux de cortisol dans le sang.

Mettre en place des espaces de détente dans le quotidien

Quand nous n’avons plus les idées claires, prenons un temps d’écriture. Cela aide à se vider l’esprit, et repose la zone cérébrale responsable des émotions. Instaurer cinq minutes d’écriture, de danse ou de méditation, matin et soir, peut révolutionner notre appréhension de la vie.

Éprouver de la gratitude diminue de près d’un quart le taux de cortisol, l’hormone du stress, dans notre sang. Pourquoi ne pas instaurer un rituel au coucher, où pendant cinq minutes, nous faisons le tour de ce qui nous a apporté de la satisfaction au cours de la journée ?

Ces micro-espaces de détente sont des bulles d’air frais qui nous permettent de nous oxygéner. Prendre trois minutes pour danser sur la chanson du moment, c’est un furtif instant de bonheur à l’effet papillon incroyable… !

Et vous, êtes-vous sujette au stress ? Quelles sont vos stratégies pour changer votre état d’esprit et prendre confiance en vous ? Dans les accompagnements que je propose, c’est l’un des axes de travail primordiaux.

Commentez

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.