Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

La saison de l’abondance : récolter les fruits de nos actions

La saison de l’été rime avec abondance. C’est le temps des récoltes à profusion, une période durant laquelle nous pouvons nous extasier de recevoir plus de ressources qu’il ne nous en faut. Pourquoi ne pas prendre le temps de célébrer le résultat de notre travail ?

L’abondance, la convoquer et s’en délecter

À l’arrivée du mois d’août, nous pouvons admirer l’abondance au sein de la nature. C’est le temps des récoltes. Les fruits sont mûrs et gorgés de soleil, le blé doré est prêt à être moissonné, les jardins regorgent de légumes à ne plus savoir qu’en faire…

Depuis la nuit des temps, nous profitons de ce temps pour constituer nos réserves, afin de nous prémunir des carences de la saison froide à venir. Énergétiquement, le même schéma s’opère. L’affluence de la lumière, des odeurs et de la chaleur, la richesse des paysages et des activités… Tout cela gargarise notre énergie.

Convoquer l’abondance, c’est commencer par savoir la reconnaître, autour de nous mais également en nous. Nous pouvons ensuite entrer dans son cercle vertueux, et recevoir son énergie. La saison de l’été y est particulièrement propice : repaîssons-nous de tout ce qu’elle a à nous offrir, sur tous les plans, pour faire le plein d’énergie.

Transformer l’abondance en abondanSe

Cette abondance retrouvée et entretenue nous permet ensuite de nous déployer et de faire circuler notre énergie vitale, pour qu’elle déferle telle une onde sur nos terres, et fertilise à son tour les graines de nos projets.

À travers notre corps, l’abondance peut devenir “abondanSe”. Nous sommes pleines de ressources, remplies de l’énergie du mouvement. Nous pouvons danser avec délectation et adopter naturellement la posture des reines.

L’abondance est à nos pieds : tout est déjà là. Sentons l’énergie qui circule en nous, comme la rivière qui abreuve la terre ensemencée par ses flots tranquilles. Nos capacités innées sont prêtes à se déverser pour hydrater les idées qui nous sont chères.

Pour entrer dans l’abondanSe, célébrons nos réussites, exprimons nos ressentis, dialoguons avec les éléments qui nous entourent en dansant. Dans le plaisir et sans effort, nos mouvements fluides nous permettront de nourrir encore et encore notre énergie vitale.

Moissonner et récolter les fruits de nos actions

Regardons ce que nous avons accompli dans l’année qui vient de s’écouler. Qu’avons-nous engagé à la sortie de l’été dernier, ou de l’hiver ? Le temps de la moisson est venu. Nous devons parcourir les champs de notre monde intérieur et découvrir quelles actions ont porté leurs fruits.

Nos réussites sont les réserves d’énergie dont nous aurons besoin pour vivre sereinement l’automne – période de déstructuration – et l’hiver – période de dépouillement. Il est important de les célébrer comme il se doit, aussi minimes soient-elles… Bien qu’aucune réussite ne soit minime, n’est-ce pas ?

Sans cela, notre réservoir d’énergie et notre confiance en nous-même en pâtiront à l’arrivée des questionnements propices à la sombre saison. En prenant le temps de la moisson, nous pouvons nous rendre compte de la taille réelle de notre récolte. Souvent, elle est nettement plus impressionnante que ce que nous nous imaginons.

Lorsque nous la conscientisons, c’est un boost de confiance en soi que nous nous offrons. Toutes les actions que nous avons menées nous ont rapporté des tonnes et des tonnes de fruits dont nous allons faire des bocaux. Ces bocaux, nous les ouvrirons l’un après l’autre, avec gratitude, jusqu’à l’arrivée du printemps prochain.

Abondance

Lugnasad : fête celtique de la récolte et de la souveraineté

Lugnasad est une fête païenne qui se célèbre le 1er août de chaque année. Elle est dédiée à Lug, le dieu de la lumière, du savoir et des arts. Lug est aussi la divinité de la souveraineté et du pouvoir.

Le but de cette célébration celte est principalement de remercier la Terre pour tout ce qu’elle nous a apporté, et d’honorer les récoltes de ces précieuses ressources. C’est également un moment pour donner, car voilà l’une des lois de l’abondance : pour recevoir, nous devons être capable de donner.

Fêter Lugnasad, c’est aussi prendre conscience que nous sommes à l’apogée du cycle des saisons et que nous entrons doucement dans sa phase de décroissance. Les jours commencent à se raccourcir, nous devons accepter que l’ombre prend le pas sur la lumière, sans lutte intérieure.

Un rituel pour célébrer notre abondance intérieure

Sur un carnet, prenons le temps de dessiner une rétrospective de l’année qui vient de s’écouler. Posons-nous la question : “Qu’est-ce que m’a apporté cette action, cet événement ?” Nous ne sommes pas maîtresses de tous les épisodes que nous avons vécu, mais ils nous ont tous apporté quelque chose.

Notons précieusement tout ce que nous avons reçu de chaque situation. Une fois la liste complétée, découpons-la en petites bandelettes. Chaque réussite est une bandelette. Nous allons ensuite les agrafer sur un long ruban que nous aurons préalablement choisi avec minutie. Le ruban de notre abondance intérieure.

Au soir du 31 juillet, nous pourrons attacher notre banderole à notre fenêtre ou à la branche de notre arbre favori. Il resplendira le lendemain et au fil des journées chaudes, nos réussites vogueront dans le vent et nous rappeleront à quel point nous sommes remplies de capacités incroyables.

Et vous, avez-vous conscience de l’abondance qui vous entoure, et de celle que vous portez en vous ? La célébrez-vous ? Parvenez-vous à entrer dans l’abondanSe ?
Je serai ravie d’en discuter avec vous en commentaires… !

Commentez

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.